Vous Ítes ici: Jean Gallais Gallais #4

Mopti. La construction du site en 1960. Remblaiement

Source : Jean GALLAIS (1967), Le delta intérieur du Niger, étude de géographie régionale, IFAN-Dakar, 2 tomes, 621 pages, annexe photographique, photographie 37.

Pour illustrer la cinquième partie de la thèse consacrée à « La vie commerciale et l’unité urbaine dans le Delta intérieur », Jean Gallais privilégie l’étude minutieuse de la ville de Mopti qui lui paraît mieux correspondre aux exigences de l’exercice de géographie régionale qu’il conduit. Plus que toute autre ville du Delta, Mopti, qui tire sa fonction commerciale d’une position de relais fleuve-route, assume ce rôle d’organisatrice de la vie du Delta. Troisième ville malienne, Mopti se décale pourtant du modèle classique des villes soudaniennes, tant par son organisation interne dont le « plan, compliqué et bien articulé, renouvelle à chaque pas le paysage urbain selon l’alternance des quartiers et des plans d’eau » (p. 562) que par son caractère artificiel. « Le site de Mopti est entièrement artificiel. Mopti est une des rares villes du monde dont il a fallu construire le sol avant d’élever les murs » (p. 563). Jean Gallais fait de cet artifice la trame de la description de Mopti, jusque dans l’évocation des aspects esthétiques d’une ville captée par tous les registres de la sensibilité humaine et portée par un style littéraire propre à l’auteur. Jean Gallais dit Mopti « ville-archipel » (p. 562) véritable « Venise du Soudan» (p. 562) dont les « divers quartiers de Mopti ne sont que des îles saisonnières » (p. 562). Ville de remblai comme le titre de cette photographie tend à en imposer la lecture, Jean Gallais fait des particularités techniques d’édification du site les principales raisons de la beauté et de l’intérêt d’une ville qui n’est le fruit d’aucun déterminisme.

[Extraits de la thèse]